Revue de presse

reportage de le dauphiné sur emmaus grenoble

Emmaüs a organisé sa grande vente
samedi dernier...

Lire la suite...
reportage de f3 sur emmaus grenoble

L'opération de collecte "Un vélo pour tous"
organisée par le Tour de France solidaire...

Lire la suite...

Les compagnons d’Emmaüs solidaires
ont récolté 26 000 euros…

Lire la suite...
reportage de f3 sur emmaus grenoble

Emmaüs organise une "grande vente de solidarité" à Grenoble, des milliers d'acheteurs au rendez-vous

Lire la suite...

Dimanche, Emmaüs organise son premier
grand salon régional ...

Lire la suite...

Ils sont venus

Communiqué de presse :

NOV 2020 EMMAÜS GRENOBLE : LE POSTILLON ET M.PEYRET CONDAMNES POUR DIFFAMATION.

NOV 2020 Emmaüs Grenoble : le postillon et M. Vincent Peyret condamnés pour diffamation devant la cour d'appel de Grenoble.
Emmaüs Grenoble, son Président François Potin et son responsable Jean Pierre Polidori ont répondu par voie judiciaire aux propos calomnieux, injurieux et diffamatoires du journal Le Postillon afin de protéger la communauté , ses compagnes et compagnons, et de rester fidèles à ses valeurs.
La condamnation de Vincent Peyret , directeur de publication du journal , et de l’association Le Postillon à payer 1000 € de dommages et intérêts à Jean-Pierre Polidori et 800 € au titre de l’art 475-1 du code de procédure pénale (arrêt du 20 Janvier 2020 Cour d’appel de Grenoble) nous pousse aujourd’hui à préciser certains points.
A la suite d’un article particulièrement violent , injurieux et DIFFAMATOIRE du journal Le Postillon , portant atteinte à l’honneur et à la considération de la communauté Emmaüs Grenoble et de son responsable référent, Jean Pierre Polidori , une action en diffamation a été portée devant la justice par la communauté Emmaüs Grenoble, son Président François Potin et Jean-Pierre Polidori contre le journal Le Postillon.
Un premier jugement du tribunal correctionnel de Grenoble rendu le 14 Mai 2019 avait relaxé Vincent Peyret du chef de diffamation à l’égard de l’association Emmaüs Grenoble et de Jean Pierre Polidori et avait condamné ces derniers à payer à Vincent Peyret la somme de 1000 € à titre de dommages et intérêts.
La communauté Emmaüs Grenoble, son Président François Potin et Jean-Pierre Polidori ont fait appel de ce jugement devant la Cour d’Appel de Grenoble qui a considéré, dans son arrêt du 20 Janvier 2020, « qu’en publiant des propos diffamatoires à l’encontre de Jean-Pierre Polidori , qui ne reposaient sur aucune base factuelle suffisante ni sur aucune enquête objective, Vincent Peyret a commis une faute de nature à engager, d’une part, sa propre responsabilité et, d’autre part, sur le fondement de l’article 44 de la loi du 29 Juillet 1881 et de l’article 1242 du code civil, la responsabilité de l’association Le Postillon (...) en sa qualité de civilement responsable.
Cette faute a directement causé un préjudice moral à Jean-Pierre Polidori, qu’il convient de réparer par l’allocation de dommages et intérêts d’un montant de 1000 €. »
Vincent Peyret sera, en outre, condamné à payer à Jean-Pierre Polidori la somme de 800 € en application de l’article 475-1 du code de procédure pénale. L’arrêt précité a par ailleurs débouté Vincent Peyret et l’association Le Postillon de toutes leurs demandes financières.
De tout ce mal fait à la communauté, aux compagnes et compagnons, bénévoles et responsables , nous répondons par la solidarité. Ainsi à la suite de cette décision, Jean-Pierre Polidori a décidé d’affecter l’intégralité des 1800 € qu’il a reçu à titre personnel (après assignation par voie d’huissier au Postillon pour versement de cette somme non payée 8 mois après le jugement) à une action de solidarité en direction d’une association de soutien aux migrants.
Le Conseil d’Administration d’Emmaüs Grenoble et son Président, François Potin, ont décidé d’abonder cette aide à hauteur de 2000 €, soit un total de 3800 € qui ont été versés à une association d'aide aux réfugiés.
Emmaus Grenoble : la solidarité en mouvement

Il parle de nous, postillon, jean pierre polidori